seuils

Pour cette série autour de l’espace urbain les images sont réalisées d’après des photos de fenêtres ou de devantures de commerces prises lors de déambulations en banlieue. Sur ces surfaces viennent se superposer ce qui se trouve à l’intérieur de la vitrine, ce qui se trouve dessus, et l’espace urbain extérieur qui s’y reflète. Les jeux de transparence et de réflexion créent des collages instantanés : différents espaces se superposent, intérieur et extérieur entrent en collision. Ils mettent en évidence les points de friction de cultures, d’époques, de réalités différentes. Aux intérieurs désuets des cafés se superposent les reflets de façades d’immeubles en construction, images-mirages où viennent s’inscrire les signes des mutations de la ville. La vitrine, morceau de ville à déchiffrer, apparaît à la fois comme seuil et frontière, entre intérieur et extérieur, passé et présent, réel et imaginaire. Elle est le lieu d’étranges métamorphoses, de décalages, de petits chocs soyeux.